Informations sur les acides aminés

Les acides aminés

« Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre » affirme la bible dans la Genèse. Les chimistes et biologistes voient les choses tout à fait différemment. Ils avancent que le commencement de toute vie trouve sa source dans les acides aminés. Nous savons de nos jours que la pérennité de la vie en dépend. Notre mauvaise alimentation recrudescente causée par des denrées alimentaires unilatérales, transformées de manière chimique et sans apport nutritionnel sain, a mené à un sous-approvisionnement en acides aminés essentiels. Ceci a de sérieuses conséquences qui s’immiscent insidieusement.

Observons en détail ces acides aminés. La science moderne identifie plus de 250 acides aminés différents. Huit d’entre eux sont indispensables à l’être humain, notamment la méthionine, la valine, l’isoleucine et la leucine, la lysine et la phénylalanine, le tryptophane ainsi que la thréonine. Le corps a constamment et simultanément besoin de ces huit acides aminés, car aucun d’entre eux n’est capable d’agir sans une interaction avec les sept autres. Si un acide aminé ne trouve pas les autres acides aminés pour s’y rattacher, tout excédent en cet acide aminé sera automatiquement éliminé. De même, un sous-approvisionnement en un seul acide aminé essentiel suffit pour éliminer les sept autres acides aminés excédentaires. Tout leur bénéfice est ainsi perdu pour l’organisme. Il existe, hormis les acides aminés essentiels, des acides aminés dits semi-essentiels ou non-essentiels. On sait par exemple qu’en plus des huit acides aminés essentiels, les personnes malades et les adolescents ont besoin des acides aminés semi-essentiels que sont l’arginine et l’histidine. La nomenclature des acides aminés est souvent précédée de la lettre L et d’un trait d’union. Il est absolument indispensable de nous alimenter en acides aminés essentiels. Un œuf de poule par exemple contient tous les acides aminés essentiels. Certains acides aminés cependant sont nettement plus rares dans les produits alimentaires. Le corps sera néanmoins capable de les fabriquer lui-même, selon certains processus.

Tout cela a un aspect naturellement très scientifique. Mais pourquoi donc s’y intéresser en tant que profane? Et bien tout simplement parce que cela concerne tout le monde! Non seulement les sportifs à haut-niveau et les adeptes du body-building qui consomment des acides aminés depuis longtemps, mais aussi les médecins qui ont obtenu des résultats considérables notamment dans leur lutte contre le SIDA. Les acides aminés ont aussi une place importante en médecine nutritionnelle. On a de plus en plus tendance à contrecarrer le sous-approvisionnement nutritif croissant de l’alimentation au travers de compléments alimentaires. Enfin et surtout, on peut parvenir à bien lutter contre l’impuissance ou les dysfonctions érectiles au travers du traitement à base d’acides aminés. Une bonne raison pour s’y intéresser! Les acides aminés telle la L-arginine sont des substances qui ont toujours fasciné les scientifiques. Le Prix Nobel de Médecine de 1998 ne s’est pas sans raison référé aux scientifiques Furchgott, Ignarro et Murad: ceux-ci avaient étudié les effets de la L-arginine dans le corps humain. D’autres scientifiques se sont concentrés sur d’autres aspects. On en a tiré la notion du « pool des acides aminés » pour décrire tous les acides aminés disponibles au réseau sanguin ainsi qu’à l’ensemble des dépôts issus par l’organisme. Toutes les protéines captées au travers de l’alimentation doivent être accueillies par le tube digestif, avant de regagner le réseau sanguin. Elles alimentent ainsi le tissu conjonctif en parvenant aux jonctions intercellulaires. On trouve la concentration en acides aminés la plus élevée dans les cellules organiques. Certains acides aminés sont stockés dans les muscles, d’autres dans le tissu conjonctif. Chaque concentration en acides aminés et chaque composition correspond aux besoins de l’organisme. Le système musculaire squelettique peut être considéré comme le plus grand réservoir d’acides aminés dans le corps. La dimension du « pool des acides aminés » dépend des facteurs alimentation, âge, sexe, dépense individuelle et santé ou maladie.

Nous savons que les acides aminés sont des formations issues d’un processus chimique naturel. Ce sont les composants les plus importants des protéines. Ce n’est que lors de leur division au travers d’enzymes, que les protéines inhérentes à l’organisme peuvent se constituer. Lors de cette opération, il est à observer que les acides aminés semi- ou non-essentiels ne peuvent pas se transformer en acides aminés essentiels ou semi-essentiels. On nomme essentiels les acides aminés que le corps ne peut fabriquer seul; ils doivent donc être absorbés au travers de l’alimentation. En revanche, le corps peut fabriquer les acides aminés non-essentiels en quantité suffisante. Les acides aminés semi-essentiels sont ceux que l’on doit dans certains cas seulement ajouter à la nourriture, par exemple en cas de sollicitation corporelle ou intellectuelle intense, ou de maladie. C’est une science en soi! Le fait est qu’un apport accentué en acides aminés, ou justement une sous-consommation de l’organisme en acides aminés se fait nettement ressentir. D’une part, la nourriture manque de nos jours de substances vitales de qualité, d’autre part, nous créons des situations de carence: au travers de régimes, d’une alimentation pauvre et unilatérale, et parfois d’efforts éventuellement malsains , comme au travers de certains sports de compétition par exemple. Tous ces éléments ont forcément des répercutions à un moment ou un autre sur la santé. Heureusement, la science est aujourd’hui capable de compenser à des déficits ou des excédents au travers d’une complémentation nutritionnelle (compléments alimentaires). Ainsi, les déficits métaboliques deviennent guérissables grâce aux découvertes modernes.

Votre panier

Votre panier ne contient aucun produit.

Le prix inclut la TVA hors frais d’envoi